ALTERESPACES DONNE CHAMP LIBRE AU VTT DE DESCENTE ("DH")

descente vtt dh alterespaces bouchet

Parce qu'elle intervient depuis des années sur de nombreux sites et encore aujourd'hui à Montgenèvre et Abriès dans les Hautes-Alpes, Lus-la-Jarjatte dans le Vercors mais aussi Autun en Saône-et-Loire, l'agence Alterespaces s'est faite une spécialité de la création et/ou de l'aménagement de pistes de vélos de descente. 

 

« La première piste de descente sur laquelle nous avons travaillé se trouve en Andorre. C’était en 1998 ! », se souvient Eric Bouchet.  D’une affinité – il pratique à titre personnel le BMX -, le directeur d’Alterespaces a fait une spécialité. En effet, depuis 1998, l’agence savoyarde est intervenue à de multiples reprises en France mais aussi en Belgique dans la création et/ou l’aménagement de pistes pour vélos de descente.

 

 

De la descente en montagne mais pas seulement

A l’heure actuelle, Alterespaces accompagne ainsi les projets des communes d’Abriès et de Montgenèvre dans les Hautes-Alpes, de Valmorel en Savoie et de Lus-la-Jarjatte dans le Vercors. L’équipe d’Eric Bouchet participe aussi à la création de pistes dans un contexte non-montagnard comme à Autun, en Saône-et-Loire. « Avec les nouveaux rythmes scolaires, la municipalité veut proposer des activités nouvelles telles que le vélo de descente. La visée est sportive mais aussi pédagogique. En effet, les élus ont bien compris qu’un enfant qui apprend à freiner en descente saura plus tard s'arrêter à un feu rouge », explique Eric Bouchet.

 

 

S'inspirer du ski

Les interventions d’Alterespaces sont marquées par le souhait de démocratiser l’accès à cette discipline sportive. « Nous sommes les premiers à avoir travaillé sur l’accessibilité à ces pistes de descente », remarque le directeur d’Alterespaces. Pour cela, l’équipe d’Eric Bouchet s’est inspirée des notions de confort, de sécurité et de plaisir que les stations de ski s’efforcent de développer pour satisfaire leurs clients.

La descente en vélo intéresse d’ailleurs de plus en plus les responsables de stations de ski. « Pour elles, c’est un bon moyen d’étoffer leur offre hors-saison. D’ailleurs, certaines stations parlent déjà de retombées pouvant aller de 450 à 800 000 euros par an avec une rentabilité six fois supérieure à celle de l’activité ski », note Eric Bouchet. 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Jerry Fike (lundi, 06 février 2017 16:34)


    Stunning quest there. What happened after? Take care!