ven.

04

nov.

2022

Dans les pas des derniers chasseurs-cueilleurs…

Depuis la fin juillet, l’équipe de Maîtres du rêve rencontre sur le terrain les équipes d’archéologues qui travaillent sur les sites - mondialement connus des spécialistes - de Pincevent, d’Ormesson et des abris ornés de la Forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne), mais aussi d'Etiolles et des Tarterêts (Essonne), dans le cadre de l’étude de faisabilité confiée à l’agence par la DRAC Ile-de-France, pour un projet culturel interdépartemental "dans les pas des derniers chasseurs cueilleurs du sud de l’Ile-deFrance, du Paléolithique et du Mésolithique".

 

Le projet vise notamment à améliorer les conditions d’accueil et de travail des chercheurs sur les sites et la valorisation de la ressource archéologique auprès des visiteurs et touristes, dans le cadre de la mise en réseau d’espaces d’interprétation.

lun.

19

sept.

2022

A la rentrée, comment adapter l’offre de loisirs dans cette période où chacun fait attention à son porte-monnaie ? L'exemple de l'équitation

C’est la rentrée et la période du choix des loisirs pour les enfants comme pour les adultes.

 

L’offre est immense et grâce aux associations sportives et culturelles, on peut pratiquer beaucoup d’activités toute l’année scolaire pour des coûts très raisonnables, parfois moins de 100€ pour l’année.

 

D’autres activités sont réputées plus couteuses et sont elles-mêmes soumises à l’inflation des

fournitures, comme par exemple l’achat des fourrages et de l’alimentation pour les chevaux et poneys, le prix de l’électricité pour éclairer les manèges et carrières. Pour ce type d’activité peu subventionné par les collectivités publiques, la question de l’augmentation tarifaire se pose avec la délicate équation de rester accessible au plus grand nombre.

 

Alors comment le professionnel peut-il s’adapter ?

 

  • Baisser les prix conduirait à la faillite, mais on peut imaginer ne pas les augmenter ou voir les choses différemment : Des expériences réussies existent de multiplier les créneaux de pratique en diminuant légèrement le temps des séances, 45 mn au lieu de 60 par exemple. En ajoutant un créneau supplémentaire par équidé, celui-ci aura généré une recette supplémentaire pour la même durée de travail journalière.
  • Proposer des tarifs mensuels sur une durée d’engagement annuel peut être également une solution pour alléger les dépenses de rentrée, tout en faisant passer l’augmentation tarifaire nécessaire à l’année.
  • Et puis il y a les offres des « produits dérivés » que peut proposer un centre équestre et qui peuvent s’adresser aux pratiquants mais aussi à tous ceux qui auraient envie de soigner, ou d’avoir une activité physique utile. Voyez plutôt : apprendre à nourrir, abreuver, voire brosser les animaux pendant 7 jours consécutifs; ou apprendre à curer les boxes et à repailler pour le bien-être animal ; apprendre le temps d’un week-end à gérer les pâtures et ramasser les crottins pour éviter le parasitisme… :

 

Il s’agit de produits dérivés pour réapprendre aux humains le contact avec la nature et la vertu de la constance et de la régularité des soins. Soigner un cheval ou un poney, c’est aussi prendre soin de soi-même et d’autrui…

 

Finalement, l’idée est de transformer tout ce qui fait la vie d’un centre équestre ou poney-club en valeur ajoutée qui renforce le lien entre les humains et les animaux et la nature.

 

Dans cette période où le public est en recherche de sens, où le bien-être animal est un sujet de

société, où la relation humains-animaux-nature est à préserver, il y a là pour les centres équestres de quoi compléter leur offre d’équitation par des expériences accessibles au plus grand nombre.

 

Reste à en faire la promotion…

 

Laurence MORY – PARCOURS CONSEIL

lun.

30

mai

2022

Qualiopi, une garantie d’un processus de formation qualitatif

 

AVEIS a accompagné Innovation et Développement Tourisme et OT73 Savoie Mont Blanc. Les différents indicateurs ont ainsi été analysés au regard de l’existant, et les solutions discutées/créées pour prendre en compte les spécificités de chaque organisation.

 

Une des difficultés rencontrées avait attrait aux modalités de pilotage et de maîtrise des formateurs externes. En effet, pour être certifié Qualiopi, un organisme de formation doit démontrer, lorsqu'il fait appel à un formateur sous-traitant, que ce même formateur respecte les exigences Qualiopi. 

 

L'enjeu était donc de trouver les bonnes méthodologies de suivi des formateurs externes, de définir les éléments à exiger, de penser les modalités d’évaluation sans impacter de manière démesurée l'organisation propre à chaque formateur. Être exigent mais pas rigide. 

 

Grâce au travail et à l’engagement de leurs équipes, Innovation et Développement Tourisme et OT73 Savoie Mont Blanc ont obtenu leurs certifications Qualiopi sans aucune non-conformité, fin 2021 et début 2022. 

 

Après plusieurs mois de fonctionnement sous Qualiopi, il est fort probable que les équipes vont encore faire évoluer leurs approches et méthodologies de travail au regard du retour d’expérience et surtout pour toujours s’améliorer ! 

 

jeu.

26

mai

2022

I.D.EAUX | Utilisation de drones pour affiner les diagnostics des milieux aquatiques

Photo : Hommes (Indre et Loire).

 

L’arrivée des nouvelles technologies nous amène à repenser notre façon de travailler. L’utilisation de drones équipés de caméras nous permettra d’apporter une dimension supplémentaire à nos missions. La vérification de l’emplacement et du fonctionnement des solution matérielles appliquées aux plans d’eau (ex : aération) en est facilitée.

 

Cet outil nous apportera surtout un appui technique pour l’élaboration de certaines de nos cartographies (ex : recouvrement et émergence des plantes aquatique), une aide visuelle sur des endroits difficile d’accès, l’identification d’efflorescences sur des plans d’eau de grandes superficies. 

mar.

24

mai

2022

Parcours Conseil assistant au maître d'ouvrage pour le jury du concours d'architecte pour la halle de spectacle équestre du Haras National d'Hennebont

Parcours Conseil était assistant au maitre d’ouvrage (AMO) pour ce jury et a accompagné l’agglomération dans l’analyse technique des projets. Laurence Mory a présenté au jury le rapport d’analyse des trois projets proposés.

 

Le jury du concours d’architecte pour la halle de spectacle équestre du Haras National d’Hennebont s’est tenu et a porté son choix sur le projet de l’agence K’Architecture à Paris.

mar.

12

avril

2022

Inauguration au Haras d’Hennebont, près de Lorient, du nouveau parcours de visite

 

Réalisé après une étude de positionnement et de redéploiement du parcours de visite du haras par Parcours Conseil et Maîtres du Rêve pour le compte de Lorient Agglomération, le Haras National d’Hennebont a inauguré le nouveau parcours de visite le 12 avril dernier.

 

L’objectif était de réenchanter les écuries et de les rendre vivantes en faisant se côtoyer des dispositifs mécaniques étonnants avec de vrais équidés. La sellerie patrimoniale qui sent bon le cuir est devenu le théâtre d’un film immersif et sensible sur le cheval et l’homme. Missions accomplies par le groupement Christophe Berte, Monochrome et Monstr, scénographes.

 

L’écurie n°1 a été réinventée pour accueillir un espace d’exposition temporaire, une boutique et un espace festif pour des séminaires ou événements divers dans un décor insolite.

 

Les élus qui ont permis cette évolution, président de Lorient Agglomération, maire d’Hennebont, conseiller du Département du Morbihan, vice-présidente de la Région Bretagne, présidente du Syndicat Mixte, André Hartereau ex-maire et conseiller municipal d’Hennebont très investi pour le projet, ont coupé le ruban sous l’œil attentif d’un cheval postier breton.

 

Les participants et invités ont eu le bonheur d’assister à un spectacle équestre donnée sous le chapiteau pour fêter ce nouveau parcours.

Découvrez nos membres :